Actualités

Présidentielle 2022 : quelle politique des transports pour assurer la trajectoire vers la neutralité carbone ?

Publié le 18 février 2022
Partager :

La plate-forme présidentielle de TDIE pour le scrutin des 10 et 24 avril 2022 a été présentée à la presse le 18 février par Philippe Duron et Louis Nègre, coprésidents, et Caroline Daude et Dominique Auverlot, membres du Conseil scientifique de TDIE. Il s’agit de la cinquième édition de cet exercice préparé, depuis l’élection présidentielle 2002, par le Conseil scientifique de TDIE.

L’élection présidentielle 2022 s’inscrit dans un contexte en plein renouvellement. La question climatique polarise aujourd’hui le discours politique. Nul ne peut en faire abstraction. Ce défi majeur dépasse la seule question des mobilités, le seul secteur des transports, mais il ne sera pas relevé avec succès sans un effort majeur et soutenu dans le domaine de la mobilité, dont les émissions de gaz à effet de serre (GES) représentent 31% des émissions nationales.

Des transitions à mettre en œuvre rapidement

Pour atteindre les objectifs proposés par la Commission européenne pour le moyen et long terme (Fit for 55 : réduction de 55% des émissions de GES par rapport à 1990 à l’échéance de 2030 ; objectif de neutralité carbone pour 2050), le ou la prochain/prochaine président/présidente de la République devra prendre rapidement des décisions claires et déterminées pour assurer des évolutions significatives et concrètes.

Les solutions technologiques, industrielles, économiques ne suffiront pas à réduire suffisamment l’empreinte carbone des transports. Une transition énergétique, des changements de comportements, une plus grande sobriété des déplacements s’imposeront. Le développement du vélo, l’encouragement aux mobilités actives constatés pendant la pandémie de Covid-19, le report modal de la route vers les autres modes moins polluants, ne sauraient masquer que la route restera le mode dominant pour très longtemps. Son entretien, sa modernisation, le déploiement des nouvelles énergies, l’adaptation aux mobilités autonomes et connectées nécessiteront une prise de conscience et des efforts importants très supérieurs à ceux consentis jusqu’alors par la puissance publique.

La mondialisation de l’économie et l’explosion du commerce en ligne doivent s’accompagner d’une approche systémique qui articule transports et logistique pour acheminer les matières premières et les marchandises depuis les lieux de production vers les lieux de consommation en assurant la meilleure continuité associant les ports, les transports terrestres et fluviaux, les entrepôts, la logistique urbaine – au-delà du seul « dernier kilomètre ».

La réussite d’une aussi profonde mutation n’est envisageable qu’au prix d’un effort financier rapide, important et constant dans la durée, d’un effort de conviction et de pédagogie dans le dialogue avec la société civile et les acteurs économiques.

Quels leviers pour la décarbonation des transports ?

Comment les candidates et les candidats à l’élection présidentielle intègrent-ils les questions de transport à leur projet ? Quelle vision de la répartition des efforts à mettre en œuvre entre la puissance publique, les acteurs économiques et les consommateurs proposent-ils ? Avec quels leviers comptent-ils développer et entretenir des dynamiques de transitions vers la décarbonation des transports ?

Conformément à son ambition de contribuer à l’identification et la reconnaissance des différents enjeux de la politique des transports par les candidats et leurs équipes, TDIE poursuit son travail de mise en perspective des grandes questions qui appellent une orientation politique, la définition d’objectifs et de moyens dédiés, et des démarches de concertation et fédération de la diversité des acteurs qui concourent à la production des services de transport, mobilité et logistique.

Quatre familles d’enjeux et de leviers

La plate-forme présidentielle du Conseil scientifique de TDIE comprend un questionnaire aux candidats et un dossier de synthèse.

Le dossier de synthèse présente et met en perspective les grands enjeux sur lesquels le ou la futur/future président/présidente de la République devra rapidement donner des orientations et des impulsions pour la préparation des échéances de la décarbonation des systèmes de transport, mobilité et logistique.

Le questionnaire aux candidates et candidats propose quatre familles d’enjeux et de leviers à partir desquels une politique nationale des transports pourrait être déployée pour assurer la trajectoire vers la neutralité carbone : financement (infrastructures et systèmes de mobilité, investissement et tarification), déplacements du quotidien, fret et logistique, gouvernance.

Les réponses sont attendues pour le 15 mars et seront publiées dans la semaine du 21 mars.

Le rendez-vous du grand débat transport avec Mobilettre

Pour contribuer à l’engagement et la mobilisation des candidates et des candidates en réponse aux préoccupations quotidiennes des Françaises et des Français, le grand débat transport organisé avec le média électronique Mobilettre, préparé et animé par Gilles Dansart, aura lieu le jeudi 17 mars après-midi au Pavillon Gabriel à Paris pour sa troisième édition depuis 2012.

Vous pouvez télécharger le document qui comprend le dossier de synthèse et le questionnaire par ce lien : Pour une politique des transports – analyses, propositions et questions aux candidats à l’élection présidentielle 2022.

Un lien d’inscription au grand débat transport sera prochainement mis en ligne.