Actualités

Régionales 2021 – les déplacements du quotidien au cœur des politiques régionales

Publié le 14 juin 2021
Partager :

Les Régions jouent un rôle de premier plan dans l’organisation des transports du quotidien. Les transports représentent la première dépense des Régions, un quart de leurs dépenses totales. Comment les candidats aux élections régionales et territoriales envisagent-ils la place des transports dans leur projet de développement régional, avec quelles priorités, quels leviers d’action publique et quels moyens financiers ?

Philipe Duron et Louis Nègre, coprésidents de TDIE, Dominique Auverlot et Caroline Daude, membres du conseil scientifique, ont présenté lundi 14 juin 2021 les premiers éléments de synthèse identifiés par le Conseil scientifique du think tank TDIE à partir de la lecture des 24 contributions que les candidats ont formulées en réponse au questionnaire à la date du 13 juin.

Si, à l’observation des programmes des candidats, l’intérêt qu’ils accordent à la politique des transports peut apparaitre en décalage avec son poids dans le budget des régions (première dépense en valeur, un quart des dépenses moyennes des régions), les 24 candidats qui ont pris le temps de répondre au questionnaire de TDIE proposent une politique cohérente et argumentée.
C’est un premier effet du questionnaire préparé par le conseil scientifique de TDIE : plusieurs équipes de campagne ont salué l’exercice qui a contribué à préciser leur vision des enjeux du nouveau mandat ainsi que la qualité du dossier support qui accompagnait le questionnaire pour identifier les enjeux d’orientation politique et les dernières réformes législatives et réglementaires dans le domaine des transports (consulter le dossier adressé aux candidats).


Trois remarques transversales s’imposent à la lecture de ces 24 contributions :

  • Lorsqu’ils s’expriment, tous les candidats proposent d’améliorer la qualité des services de transports du quotidien ; ils portent un discours général de développement de l’offre ou de l’attractivité des transports collectifs
  • Les défis de la transition écologique ne font pas débat sur le fond et sont très généralement invoqués en éléments de contexte pour légitimer de très nombreuses propositions – ils peuvent cependant appeler quelques nuances sur leur vocation à subordonner toutes les décisions en matière de transport, à travers des enjeux d’équité sociale et territoriale ;
  • Le thème de l’insécurité, qui n’est pas développé sur la base d’une compétence régionale, s’est pourtant très largement immiscé dans les programmes transport des candidats, toutes tendances politiques confondues.

Dans sa note de synthèse “Transports : les déplacements du quotidien au cœur des politiques régionales“, le conseil scientifique relève plusieurs enjeux.
NB : La note a été réalisée sur la base des 24 contributions reçues au 13 juin. De nouvelles contributions nous ont été adressées après la présentation de la synthèse à la presse. Elles sont disponibles et bien identifiées ci-après. TDIE actualisera cette page au fur et à mesure de la réception de nouvelles réponses.

 Cinq éléments de consensus

  • Décarbonation des transports
  • Pour développement des transports collectifs, ferroviaires plus particulièrement
  • Intermodalité
  • Le vélo, un nouvel enjeu pour la politique régionale des transports du quotidien
  • Fret et logistique

Huit sujets récurrents qui suscitent des positionnements explicites

  • Insécurité : un thème nouveau qui n’est pas traité de la même manière par tous les candidats, mais sur lequel la plupart des listes se positionnent
  • Financement : une appréciation contrastée des questions et des enjeux de financement des systèmes de mobilité, offres de services et infrastructures
  • Ouverture à la concurrence des services ferroviaires régionaux et relations avec la SNCF
  • Complémentarité urbain-rural
  • Grands projets
  • Transport routier de marchandises et perspectives d’une « écotaxe régionale »
  • Aéroports : outil de desserte nationale complémentaire du transport ferroviaire ou enjeu de régulation
  • Gouvernance : un enjeu complexe abordé par quelques candidats

Ile-de-France

  • Amélioration de l’offre de service
  • Allègement de la tarification des transports en commun et gratuité
  • Développement des infrastructures
  • Lutte contre le sentiment d’insécurité
  • Développement de l’intermodalité

Vous trouverez ci-après accès à l’intégralité des réponses reçues par TDIE, par ordre alphabétique des régions, puis dans l’ordre alphabétique des candidats :

Auvergne-Rhône-Alpes :
Cukierman, PCF
Gomez, LO
Grébert, EELV
Wauquiez, LR

Reçue après la rédaction de la synthèse :
Vallaud-Belkacem, PS

Bourgogne-Franche-Comté :
Odoul, RN
Platret, LR

Bretagne :
Desmarre-Poirrier, EELV
Hamon, LO

Centre-Val de Loire :

Reçue après la rédaction de la synthèse :
Fournier, EELV

Corse :
Reçue après la rédaction de la synthèse :
Marcangeli, CCB

Grand Est :
Romani, EELV-PS
Rottner, LR

Hauts-de-France :
Chenu, RN
Delli, EELV-Union de la gauche

Île-de-France :
Bayou, EELV
Pécresse, Libre !

Reçue après la rédaction de la synthèse :
Saint-Martin, LREM

Normandie :
Bonnaterre, Majorité présidentielle
Boulanger, PS-EELV

Reçue après la rédaction de la synthèse :
Morin, LC-LR

Nouvelle-Aquitaine :
Darrieussecq, Modem-LREM
Rousset, PS

Occitanie
:
Adrada, LO
Pradié, LR
Terrail-Novès, Majorité présidentielle

Provence-Alpes-Côte d’azur :
Felizia, EELV-Union de la gauche

Pays de la Loire :
Bayle de Jessé, DLF
Juvin, RN

Reçues après la rédaction de la synthèse :
Garot, PS
Morançais, LR
Orphelin, EELV